Negociations, contrefacons et brochettes de scorpions

Publié le

Le 18 juin, ballade en ville, direction le "silk market", Temple (legal ?) de la contrefacon a Pekin.




20mn a pieds (en bas à droite de la carte) et nous voila dans un lieu bourre de fringues contrefaites sur 2 etages, de maroquinerie de luxe et paires de pompes ultra-fausses sur 1 etage, de chinoiseries sur 2 etages et de souvenirs/ cosmetiques/ bijoux/ produits High-Tec sur 1 etage.
80% de D&G, Puma, Dior, Addidas, Gortex (Columbia, North face), Chanel, et bien sur... Louis Vuitton ;-)


On retient 2 choses : Negocier les prix jusqu'a 10 fois, meme si c'est epuisant et meme si ceux sont nos "best friend" avec des "friendly prices", "no kidding" (j'ai passe un Vuitton de 480 rmb a 50rmb et Veera a passe un Columbia-Gortex a 100rmb et un Diesel a 150rmb), Ne pas hesiter a comparer le prix de base de nego dans different corner, meme si votre nouveau "best friend" vous arrache le bras pour vous retenir...

1euros = 10rmb (prononcer ouan, le yen c'est au Japon...)

On trouve de tout et n'importe quoi: bonne qualite jusqu'a la pire des contrefacons possible (mauvaise qualite et modele inexistant dans la vraie collection). J'ai ei le privilege de consulter des catalogues de collection de contrefacons !!! hallucinant !

Apres 5heures (oui, j'ai bien ecrit 5) passees dans ce truc, nous revoila sorties avec quelques T-shirts, blousons, chaussures, sacs et appareil numerique (pour info le dernier i-pod etait a 1700rmb sans nego et le dernier Olympus myu a 2000rmb avec 2 batteries, une sacoche et une carte 128Mo).

Retour a l'hotel, Neme douche froide et direction les "food market" et "night market". Que ce soit l'un ou l'autre, on trouve des plats a partir de 4rmb avec au choix: fried noodles, mais grille, nouilles de cristal, brochettes de scorpions, cuisses de grenouilles, bebes tortues, oisillons, criquets, blattes, pattes de poulet et pleins d'autres mets probablement delicieux mais je ne prefere pas savoir ce que c'est...




Bon appetit, bien sur !

Commenter cet article